Entretien

Ary Ramos : en Colombie, “le pape s’est situé au-dessus des partis“

Ary Waldir Ramos, Colombien, docteur en sciences sociales et en communication à l’Université grégorienne de Rome (Italie), est journaliste pour l’édition espagnole d’Aleteia. Pour lui, le Saint-Siège a joué un rôle important dans les accords de paix, signés le 26 septembre 2016, entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), mettant un terme à un conflit d’un demi-siècle.

Comment expliquez-vous le rôle important joué par le Saint-Siège dans le processus de paix ? L’appui de l’Eglise a d’abord été constant, que ce soit de la part du pape François lui-même, du cardinal Parolin, secrétaire d'Etat du Saint-Siège, ou encore de Mgr Gallagher, secrétaire pour les Relations avec les Etats. Les Colombiens de ma génération sont victimes d’un conflit armé qui dure depuis 52 ans, qui a déjà fait plus de 200 000 morts, ainsi que 4 millions de déplacés qui ont été forcées d’abandonner leur terre. Cet accord donnera à la Colombie un horizon plus prospère, même s’il…
Cet article est réservé aux abonnés.
JE ME CONNECTE

Actualité

Rome approuve avec prudence la spiritualité du sanctuaire de Maccio en Lombardie 
24/07/2024
Revue de presse Église et Vatican du 24 juillet 2024
24/07/2024
En Ukraine, le cardinal Parolin a été reçu par le président Zelensky
23/07/2024